Ma première raison d'écrire (...)

(...) ce serait mon amour incommensurable pour les mots. C'est en eux, en l'absence d'amour/ affection, étant enfant, que j'ai trouvé refuge. Ecrire, alors, en ce qui me concerne, est devenu, au fil du temps, une question de vie et de mort. J'aurai beau jeu d'énoncer que si je n'écris pas, je crève (la lecture étant l'autre pendant de mon état de résistance). Et pourtant, c'est un fait. Proéminence que je valide, à l'extrême : si je n'écris pas, je crève. Tel est mon ressenti, de plus en plus. Ce vers quoi, ce en quoi je me jette.

Lecture Journal de bord écriture Journal

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau